Les tâches de rousseur peuvent servir à dissimuler des cicatrices d’acné, de tâches brunes, ou de petits vaisseaux. C’est en introduisant des pigments colorés et non permanents sous la peau, à la manière d’un tatouage, que l’on dessine ou redessine les tâches de rousseurs.

Le déroulé de la prestation

Dans un premier temps nous définissons ensemble le style de tâches désiré. Nous choisissons ensuite la teinte de l’encre (composée de pigments minéraux Amiea conformes aux normes européennes et n°1 sur le marché) qui va pigmenter les tâches. A l’aide d’une aiguille stérilisée à usage unique, nous piquons de manière aléatoire. Nous dessinons un peu partout, pour que le résultat ressorte le plus naturel possible : une tâche de rousseur n’est pas uniforme ni symétrique.

L’entretien des tâches

Pour l’entretien, rien de plus simple : on laisse sa peau respirer jusqu’au soir, sans toucher. Avant d’aller dormir, on peut laver son visage avec un nettoyant doux puis appliquer sa crème habituelle. On opte ensuite pour une crème cicatrisante type Cicalfate ou Bepanthen, que l’on applique sur l’ensemble de la zone tatouée. Dès le lendemain, la vie reprend son cours, on peut appliquer l’ensemble de sa routine soin et make-up. Seul bémol, on évite une exposition au soleil pendant les 10 jours qui suivent la prestation.

Les tâches de rousseur durent un an, voire deux selon les peaux, sans aucune retouche. Elles sont également réalisables sur toutes les carnations.